Quand il s’agit de la sécurité des produits que nous fabriquons, nous ne sommes pas différents de vous...

Nous voulons avoir le maximum d’informations. Nous demandons conseil auprès d’experts et nous nous tenons informés des résultats des dernières études scientifiques pour savoir si nos produits s’en trouvent affectés. Nous sommes également à l’écoute des personnes qui utilisent nos produits, afin de prendre aussi en compte leur expérience. La sécurité est une priorité pour l’ensemble de nos produits de consommation, parce qu’en bout de course, ces produits se retrouvent tant chez vous que chez nous. La sécurité est une valeur que nous avons tous en commun.


Parmi tous les types d’informations que nous prenons en compte pour fabriquer nos produits, les informations les plus importantes sont celles qui découlent de nos études sur la sécurité et les données scientifiques. Nous ne nous contentons pas des conclusions d’une seule et unique étude, parce que nous voulons être certains d’avoir bien regroupé toutes les données de multiples domaines scientifiques pour pouvoir tirer des conclusions qui se fondent sur des faits probants. Un avis particulier ou une étude individuelle ne peuvent pas l’emporter sur des décennies de résultats concluants, reposant sur des preuves scientifiques. En ma qualité de scientifique, mais aussi de mère, je peux vous assurer que les conclusions scientifiques sont sans équivoque : le talc à usage cosmétique est utilisé sans danger dans les produits de consommation, et cela a toujours été le cas.


Nous sommes tous des mères, des pères et des consommateurs nous-mêmes ; nous comprenons et prenons très au sérieux à quel point il est important de vous fournir les informations dont vous avez besoin pour que vous puissiez faire vos propres choix en conscience. Nous avons créé ce site pour répondre plus facilement à toutes les questions que vous vous posez sur le talc. Vous allez apprendre d’où vient le talc, comment il est utilisé dans certains produits du quotidien, et pourquoi il ne présente aucun danger dans le cadre d’une utilisation dans vos soins corporels de tous les jours. Nous avons commencé à proposer la Poudre pour bébés JOHNSON’S® dans notre gamme de produits il y a plus de 100 ans. Aujourd’hui, notre division des produits de consommation continue de fabriquer et de vendre des poudres pour bébé JOHNSON’S® contenant des ingrédients comme du talc et de la fécule de maïs. Nous ne choisissons pas d’utiliser ces ingrédients pour la seule raison que cela fait des dizaines d’années que nous procédons ainsi. Nous les utilisons parce que plusieurs décennies de travaux scientifiques viennent appuyer leur innocuité. Nous espérons qu’à la lecture de ces informations factuelles concernant le talc, vous serez aussi convaincus de son innocuité et de son efficacité que nous le sommes nous-mêmes.


Tara Glasgow - Vice-présidente, Recherche & développement, Johnson & Johnson Consumer, Inc.
 

Tara Glasgow

Tara Glasgow - Vice-présidente, Recherche & développement
Johnson & Johnson Consumer, Inc.

Le saviez-vous ?

 

Les familles utilisent le talc depuis des siècles.



Antiquité
ANTIQUITÉ

Bien qu’il s’agisse de l’un des ingrédients les plus couramment utilisés aujourd’hui dans les produits cosmétiques, l’usage du talc en cosmétique remonte en fait à l’Égypte ancienne. Le talc était également utilisé par les anciens Assyriens et les Amérindiens pour divers usages.

Époque
MODERNE
Époque moderne
 

Le talc en poudre était utilisé au XIXe siècle pour apaiser l’irritation de la peau causée par les pansements médicamenteux. Les consommateurs découvrirent ensuite son efficacité pour traiter l’érythème fessier causé par les couches, ce qui conduisit à la naissance de la poudre pour bébés JOHNSON’S® en 18935.

Le talc, un produit aux usages multiples

 

les nombreuses utilisations du talc

Bien qu’il s’agisse de l’une de ses utilisations les mieux connues, seule une infime partie de la production de talc mondiale sert à la fabrication de poudre pour bébés. Parmi les autres emplois courants du talc, on peut citer :

Aliments

Gomme à mâcher et sucreries
Gomme à mâcher et sucreries

Un enrobage léger empêche l’aliment de coller à son emballage2

Riz
Riz

Utilisé pour polir les grains de riz blanc1

Huile d’olive
Huile d’olive

Améliore la clarté et la qualité de l’huile1

Cosmétiques et soins du corps

Maquillage
Maquillage

Fournit la texture et la capacité d’adsorption des matières grasses nécessaires dans l’ombre à paupières, le fard à joues, la poudre pour visage et le fond de teint1

Savon
Savon

Améliore l’efficacité du soin cutané1

Anti-transpirant
Anti-transpirant

Adsorbe l’humidité3

Médical

Fabrication de comprimés
Fabrication de comprimés

Empêche l’agglutination, permet d’enrober les comprimés et est utilisé dans les formulations à libération retardée6

Cancer du poumon
Patients atteints de cancers du poumon

Aide à traiter l’accumulation de liquide (épanchement pleural) entre les poumons et la paroi thoracique6

Mucoviscidose
Patients atteints de mucoviscidose

Aide également à prévenir l’accumulation de liquide dans les poumons des patients atteints de mucoviscidose7

Nos produits

 

Nous continuons d’utiliser du talc dans nos produits parce que des décennies d’études scientifiques ont régulièrement réaffirmé son innocuité. En raison de son innocuité et de son efficacité, nous pouvons intégrer sans crainte dans nos produits du talc pharmaceutique. Le fait que vous ayez confiance en nos produits et que vous les utilisiez sans crainte jour après jour constitue pour nous une immense responsabilité. C’est pour cette raison que nous incluons uniquement dans nos produits des ingrédients ayant été jugés sans danger par les études scientifiques les plus récentes.

Des décennies d’innocuité confirmée

Les travaux scientifiques, la recherche, les preuves cliniques et 30 années d’études menées par des experts médicaux du monde entier continuent d’appuyer l’innocuité du talc cosmétique. Les autorités sanitaires aux États-Unis et dans le monde entier ont examiné les données. L’utilisation du talc est acceptée dans des pays du monde entier : États-Unis, Union européenne, Canada, Argentine, Brésil, Chine, Inde, Israël, Afrique du Sud, Turquie et Indonésie, pour n’en citer que quelques-uns.

Poudre pour bébés JOHNSON’S®

Si vous vous êtes déjà occupé d’un bébé, vous avez probablement eu chez vous un flacon de Poudre pour bébés JOHNSON’S®. Cette poudre réalisée à partir de talc cosmétique est l’un des plus anciens produits de la marque JOHNSON’S®, et elle fait depuis longtemps partie de la panoplie classique en matière de soins apportés aux bébés. Elle est hypoallergénique, elle réduit la friction et il est cliniquement prouvé que sa légèreté et sa douceur conviennent à la peau de votre bébé. Son odeur familière, synonyme de propreté, réconforte parents et enfants.

Poudre pour bébés JOHNSON’S®

 

L’étude «  Nurses’

Health Study »

L’étude « Nurses’ Health Study » ou NHS (Étude sur la santé des infirmières) correspond à l’étude portant sur la santé féminine la plus importante jamais entreprise à ce jour. Cette étude de cohorte financée par le gouvernement américain a étudié, à partir de 1976, les facteurs de risque des principales maladies chroniques chez les femmes. Entre autres grandes avancées, les travaux scientifiques tirés de la NHS ont permis de mettre en lumière le lien entre tabagisme et maladies du cœur chez la femme, et ont conduit au développement de thérapies hormonales pour le traitement du cancer du sein.

La partie de la NHS s'intéressant au talc a porté sur un total de 78 630 femmes, qui ont été suivies pendant 24 ans8,9. Il leur a été demandé si elles avaient déjà utilisé du talc en poudre sur leurs parties génitales ou sur leurs serviettes hygiéniques. Environ 40 % des femmes ont répondu affirmativement à cette question, suite à quoi elle ont été incluses dans le groupe des utilisatrices de talc8,9.

24

années d’étude
environ

31 344

utilisatrices
de talc

sur

78 630

femmes
suivies

AUCUNE AUGMENTATION GLOBALE AVÉRÉE
du risque de cancer de l'ovaire

Les données de l’étude n’ont fait apparaître aucune augmentation du pourcentage global de cancer de l’ovaire chez les utilisatrices de talc, indépendamment de leur fréquence d’utilisation de talc. Aucune différence n’a été notée dans le pourcentage de cancer de l’ovaire entre les femmes qui utilisaient la poudre directement sur leur corps et celles qui l’utilisaient sur des serviettes hygiéniques8,9.

L’étude « Women’s
Health Initiative Study »

L’étude « Women’s Health Initiative » ou WHI (Initiative portant sur la santé des femmes) a été établie par les U.S. National Institutes of Health (Instituts de santé nationaux américains) en 1991, avec pour objectif d’étudier la santé des femmes ménopausées. Parmi de nombreuses autres questions, cette étude de cohorte s’est interrogée sur le lien entre l’hormonothérapie et le cancer du sein, et sur les effets de l’alimentation sur le cancer et les maladies cardiovasculaires. La partie de la WHI s’intéressant au talc a fait appel à 61 576 femmes, 53 % d’entre elles ayant déclaré utiliser du talc sur leurs parties génitales, sur leurs serviettes hygiéniques ou sur leurs diaphragmes. Les femmes de cette étude ont été suivies entre 1993 et 2012.

18

années d’étude
environ

32 219

utilisatrices
de talc

sur

61 576

femmes
suivies

Aucune augmentation GLOBALE avérée
du risque de cancer de l'ovaire

Les données de l’étude n’ont révélé aucune augmentation du risque de cancer de l’ovaire chez les utilisatrices de talc en poudre, indépendamment du type d’utilisation. Il n’y a également eu aucune observation d’un risque accru chez les femmes qui utilisaient du talc en poudre pendant des durées prolongées10.

Autres études

Dans d’autres types d’études, comme les études cas-témoins, des populations de personnes présentant un historique avec la maladie étudiée sont identifiées. On leur pose ensuite des questions à propos des différents facteurs de risque, notamment l’utilisation de certains produits par le passé. Bien que certaines études cas-témoins aient présenté une association statistique entre le cancer de l’ovaire et l’utilisation de talc, cette association n’a pas été retrouvée dans les études prospectives de plus grande envergure. L’une des raisons possibles expliquant pourquoi quelques études cas-témoins ont trouvé de légères associations statistiques repose sur une surestimation de l’association réelle, surestimation causée par ce que l’on appelle le « biais de rappel » : en effet, les participantes sont conscientes qu’elles sont atteintes du cancer de l’ovaire lorsqu’elles signalent leur exposition au talc en poudre11.

Références bibliographiques

 

  1. Industrial Minerals Association. “What is Talc.”
    http://www.ima-na.org/?page=what_is_talc (en anglais)
  2. EARTH magazine. Mineral Resource of the Month.
    http://www.earthmagazine.org/article/mineral-resource-month-talc (en anglais)
  3. Geology.com. Talc: The Softest Mineral.
    http://geology.com/minerals/talc.shtml (en anglais)
  4. U.S. Food and Drug Administration.
    http://www.fda.gov/Cosmetics/ProductsIngredients/Ingredients/ucm293184.htm (en anglais)
  5. Johnson & Johnson Kilmer House. The Birth of Our Baby Products.
    http://www.kilmerhouse.com/2007/04/the-birth-of-our-baby-products/ (en anglais)
  6. WJPPS. Talc: a versatile pharmaceutical excipient.
    http://www.wjpps.com/download/article/1386002938.pdf (en anglais)
  7. Hunt et al. / Interactive CardioVascular and Thoracic Surgery 6 (2007) 117–120.
    http://icvts.oxfordjournals.org/content/6/1/117.full (en anglais)
  8. Gertig, Prospective Study of Talc Use and Ovarian Cancer, Journal of the National Cancer Institute, Nurses Health Study.
    http://jnci.oxfordjournals.org/content/92/3/249.full (en anglais)
  9. Gates, Risk Factors for Epithelial Ovarian Cancer by Histologic Subtype
    http://aje.oxfordjournals.org/content/171/1/45.full (en anglais)
  10. Houghton, Perineal Powder Use and Risk of Ovarian Cancer, Journal of the National Cancer Institute, Women’s Health Initiative.
    http://jnci.oxfordjournals.org/content/106/9/dju208.full (en anglais)
  11. Cancer.org. Talcum Powder and Cancer.
    http://www.cancer.org/cancer/cancercauses/othercarcinogens/athome/talcum-powder-and-cancer (en anglais)

Retour en haut de la page